Programme Formation sur le Parrainage privé des Réfugiés

Redimensionner la police

Traitement à l’étranger

1. Combien de temps faut-il pour traiter la demande?

Le délai de traitement à l’étranger d’une demande de parrainage de réfugiés varie selon le bureau des visas. Pour en savoir plus sur le délai moyen de traitement à un bureau des visas spécifique, visitez le site Web d’IRCC ici.

2. Si les réfugiés sont reconnus par le HCR, ont-ils toujours besoin d'avoir une entrevue avec un agent des visas canadien?

Le gouvernement canadien effectue ses propres évaluations de sélection. Cela signifie que, même si une personne est acceptée par le HCR comme réfugié ayant besoin d’être réinstallé, elle devra toujours passer par le même processus auprès d’un agent des visas à l’étranger et pourrait même être rejetée.

3. Le demandeur d'asile ne parle ni l'anglais ni le français. Est-ce qu'il y aura un interprète lors de l'entrevue avec l'agent des visas canadien?

Cela varie en fonction des circonstances au bureau des visas. Le bureau des visas devra être informé du besoin du demandeur d’asile pour un interprète et de la langue (ainsi que du dialecte) avant l’entrevue. Si aucun employé du bureau des visas ne peut interpréter, le bureau des visas peut recevoir de l’aide du HCR ou des employés de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Quand cela n’est pas possible non plus, on peut demander à des parents ou des amis du demandeur d’asile de servir d’interprète, ainsi qu’à d’autres réfugiés ou même embaucher un interprète.

4. Comment savons-nous si le demandeur d'asile a été accepté ou non après l'entrevue?

Si un demandeur d’asile est reçoit des informations de la part de l’agent des visas canadien sur la façon d’obtenir un examen médical, cela signifie que le demandeur a réussi l’entrevue. L’approbation de son dossier dépend maintenant des résultats de l’examen médical et des contrôles de sécurité et d’antécédents criminels (c’est-à-dire, les critères d’admissibilité). L’agent des visas canadien qui a fait l’entrevue informera le demandeur d’asile si l’entrevue a échoué. La décision sera confirmée dans une lettre du bureau des visas.

5. Si le réfugié déménage dans un autre pays d'accueil, comment cela affectera-t-il sa demande de parrainage?

Si le demandeur d’asile déménage dans un autre pays d’accueil après que la demande de parrainage a été soumise, le groupe de parrainage doit en informer le bureau des visas qui traite le dossier et doit compléter un formulaire Web pour mettre à jour les coordonnées. La possibilité de pouvoir accéder à une solution durable autre que la réinstallation (comme l’intégration locale dans le nouveau pays d’asile) devra être évaluée et pourrait affecter l’issue de la demande. Il n’est pas garanti que leurs cas soient accélérés en raison du déplacement.

6. Qui organise les détails des vols et gère les autorisations de sortie?

En règle générale, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) traite toutes les questions liées aux déplacements des réfugiés parrainés. Le personnel de l’OIM réservera le vol et obtiendra les permis de sortie.

7. Que faire si le demandeur d'asile n'a pas assez d'argent pour le vol vers le Canada?

Les réfugiés parrainés qui n’ont pas suffisamment de fonds pour payer leur vol pourraient se qualifier à un prêt de voyage proposé par le gouvernement du Canada et émis par l’OIM. Les réfugiés parrainés sont responsables de rembourser ce prêt une fois qu’ils se sont installés au Canada.

Retour